Billebaude - N°15

Fauve

Être fauve, lâcher les fauves, dompter les fauves, sentir le fauve… 

Le mot « Fauve », adjectif ou nom, recouvre des sens variés. Si la bête fauve éveille un imaginaire associé aux félins, et parfois plus largement aux grands prédateurs, elle peut aussi désigner dans la tradition cynégétique des ruminants dont le pelage « tire sur le roux » (cerf, daim). Dans le domaine olfactif, l’odeur fauve est une odeur forte, animale, mais il serait difficile de la décrire ; comme couleur, elle est également insaisissable, désignant des nuances qui rappellent le feu, s’étirant entre le rouge, l’ocre, le jaune, le marron, l’orangé… Le terme éveille pourtant en chacun de nous un ensemble de représentations et d’imaginaires entremêlés de sauvage, d’animalité, de désirs qui transparaissent dans la diversité des usages du mot et à travers une multitude d’expressions de langue française. Si l’on enquête sur nos usages du mot, on réalise qu’il est employé très souvent pour parler des humains…

Alors, qu’est-ce qu’être fauve ? C’est à partir de cette question que ce nouveau numéro de Billebaude va explorer la polysémie du mot, et comment il exprime des puissances animales qui traversent les récits mythiques autour de la chasse, des formes de désirs et d’énergie vitale que les humains cherchent à s’attribuer, auxquelles ils se mesurent ou se comparent… Seriont conviées également les plumes de Michel Pastoureau, d’Olivia Rosenthal, Antoine Boute ou Cécile Serres pour laisser libre cours à leur relation au(x) fauve(s).

Philosophie
animaux
nature
arts, culture et société
art contemporain
Revue
19.90 €
Auteur
Rédacteur en chef
Numéro de Tome: 
15
Parution : 
13.11.2019
Format :
230 x 300 mm
Pages : 
96
EAN : 
9782344039090