Interview de Sagar (Le Syndrome de Stendhal)

Comment êtes-vous arrivé sur ce projet ?

Sagar : Mireia, une éditrice avec qui j'avais l'habitude de travailler à Barcelone, m'a présenté Aurélie qui avait besoin d'un dessinateur pour son projet. On a pris un café et elle m'a expliqué son idée. Ça m'a semblé un beau défi. Très vite, de nombreuses images me sont venues en tête, je n'arrêtais pas de penser aux films de Jacques Tati. J'ai adoré l'idée de faire une comédie, une première pour moi. En outre, j'adore dessiner les villes, et Paris, l'un des « personnages principaux » de l'album, est l'une de mes préférées. Enfin, comme je suis issu des Beaux-Arts de Barcelone, le sujet m'a aussi évidemment intéressé, d'autant que le centre Pompidou est l'un de mes musées de prédilection à Paris.

Comment travaillez-vous ensemble ?

Sagar : Eh bien avec pas mal de liberté ! Bien que ce soit notre première collaboration, on s'est très vite parfaitement entendus. Aurélie a l'habitude de travailler ses scénarios comme au cinéma. Elle décrit les actions et les dialogues dans une forme très ouverte, ce qui laisse beaucoup de place à l'interprétation. Mais en même temps, elle a les idées claires, ce qui facilite les choses car elle sait avec précision ce qu'elle veut voir dans chaque scène. Je pense qu'on a trouvé assez rapidement le ton qu'il fallait pour cette histoire. On a pas mal échangé, sur le livre lui-même mais aussi sur l'art en général, étant tous les deux passionnés par le sujet.

Comment vous êtes-vous documenté pour reproduire les oeuvres ? Avez-vous effectué des travaux de repérage au musée ?

Sagar : Pas autant que j'aurais voulu ! Comme je vis à Barcelone, la distance n'a pas aidé, et je n'ai malheureusement pas pu aller suffisamment souvent au musée pour dessiner les lieux en direct. Les sources de documentation ont donc été principalement photographiques. J'ai eu accès à une grande quantité d'images pour donner de la véracité à l'album. Aurélie m'a également beaucoup aiguillé en ce qui concerne la représentation des gens et leur attitude, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur du musée. J'ai aussi dû m'approprier le climat de Paris qui m'éloignait de la lumière et des couleurs de Barcelone auxquelles je suis habitué. En ce qui concerne les oeuvres, le plus grand défi a été de les sélectionner pour qu'elles s'adaptent à notre histoire. Mais en même temps, elles sont suffisamment iconiques pour que ça ne pose pas trop de problèmes.

Votre regard sur l'art contemporain a-t-il évolué avec cet album ?

Sagar : Je suis venu vivre à Barcelone pour étudier aux Beaux-Arts, une école avec une vraie tendance avant-gardiste. L'art contemporain m'a donc toujours plus ou moins accompagné. J'ai moi-même produit plusieurs oeuvres, en peinture ou en vidéo. Cette culture m'a vraiment aidé à caractériser notre personnage et le milieu dans lequel il évolue. La réalisation de cet album nous a malgré tout obligé à réfléchir grandement sur l'art et je pense que j'en suis sorti grandi. Aurélie et moi avons tous les deux appris énormément grâce à Véronique notre grande experte. Ça a été un voyage fascinant à travers l'art.

Livres liés

Le Syndrome de Stendhal
9782344022856
Collection : 
08.11.2017