Interview de Bertrand Galic - Fukushima

Interview de Bertrand Galic - Fukushima

Il y a dix ans, une des plus grandes centrales nucléaires du monde explosait... Bertrand Galic et Roger Vidal retracent avec force et détails les premières journées de la tragédie dans la bande dessinée Fukushima.  Bertrand Galic revient sur la genèse de celle-ci dans cette interview : 

- Dix ans après, pourquoi est-ce important de se rappeler cette catastrophe ?

D’abord parce qu’elle a été d’une ampleur phénoménale, jusqu’à en dépasser l’entendement, et ses conséquences ont été désastreuses, aussi bien du point de vue humain que du point de vue environnemental.
Ensuite, parce qu’elle se poursuit encore, cette catastrophe ! L’accident semble “sans fin”, comme le suggère le sous-titre de l’album…
Enfin, je dirais que cette catastrophe est largement due à une certaine bêtise humaine, à l’incompétence de certaines élites supposées et, finalement, à la faillite de tout un système qu’il faudrait certainement repenser. Il faut absolument revoir notre rapport à l’énergie, tirer enfin des leçons de Fukushima et Tchernobyl.

- Pouvez-vous nous résumer votre ouvrage ? 

Fukushima – Chronique d’un accident sans fin est le récit des premiers jours de la catastrophe qui a frappé le Japon en mars 2011, une histoire racontée depuis l’intérieur de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, du point de vue des protagonistes eux-mêmes. Autrement dit à travers les yeux des employés de cette structure géante appartenant à la société électrique TEPCO, au premier rang desquels on trouve son directeur, le charismatique Masao Yoshida.

Petit rappel des faits : le 11 mars 2011, précisément à 14h46, un tremblement de terre effroyable survient au large des côtes nippones. Mesuré à 9.1 sur l’échelle de Richter, ce séisme accouche bientôt d’une vague monstrueuse qui vient frapper l’archipel avec une violence inouïe. La catastrophe naturelle devient du coup technologique. Fukushima Daiichi est inondée, bientôt plongée dans le noir faute d’alimentation électrique. Ses réacteurs ne sont plus refroidis, les coeurs menacent très vite d’entrer en fusion, tout risque de sauter. De fait, les fuites et les explosions se multiplient, les radiations sont de plus en plus toxiques... 

Notre album raconte donc l’histoire de ce lieu et des gens qui s’y sont sacrifiés, dans une sorte de huis clos anxiogène, sur une durée de cinq jours. Cinq jours durant lesquels à peu près tout se joue, où l’on se démène pour survivre et sauver ce qui peut encore l’être.

- Sur quel matériau vous êtes-vous appuyé pour raconter cet épisode dramatique de manière réaliste ?

Je me suis appuyé sur un certain nombre de sources pour construire mon scénario, mais la principale a bien sûr été le témoignage de Masao Yoshida. Recueilli à l’occasion de plusieurs auditions dans le cadre de commissions d’enquête, il a ensuite été rendu public. À ce témoignage du directeur de la centrale, s’ajoutent pas mal de lectures plus ou moins spécialisées sur la catastrophe elle-même ou plus largement sur le nucléaire. L’aide de Pierre Fetet, spécialiste de Fukushima, auteur de nombreux articles et d’un blog faisant référence sur le sujet, a par ailleurs été extrêmement précieuse. Il m’a suivi pendant toute cette aventure. Et il est donc tout à fait logique que les clés du dossier documentaire (d’une dizaine de pages) fi gurant en fi n d’album lui aient été confiées.

- Pouvez-vous évoquer la personne de Masao Yoshida et son rôle dans votre récit ?

La personnalité de Masao Yoshida est à la fois complexe et fascinante... Il est en effet avant tout un homme de TEPCO, le pur produit de cette société électrique ultrapuissante où il a gravi les échelons petit à petit, jusqu’à devenir un jour le directeur de Fukushima Daiichi. Mais Masao Yoshida, c’est aussi celui qui est capable de prendre toutes ses responsabilités quand l’heure devient grave, s’affranchissant des tutelles, n’hésitant pas à désobéir aux autorités supérieures. Y compris lorsque les ordres émanent des plus hauts dirigeants de TEPCO ou du Premier ministre du Japon, Naoto Kan. Au fi nal, son caractère bien trempé et son esprit d’initiative font évidemment de Masao Yoshida un leader charismatique, particulièrement apprécié des équipes qu’il dirige.

- Comment s’est passée la collaboration avec le jeune et talentueux Roger Vidal ?

Parfaitement bien. Une fois la mise en relation faite par notre éditeur, Roger s’est lancé volontiers dans des essais. Et ceux-ci se sont immédiatement avérés concluants. Nous n’avons eu de cesse de communiquer, à chacune des étapes du processus de création, parfois en français, d’autres fois en espagnol, mais la plupart du temps en anglais.

- Quelle part de dramaturgie a été nécessaire pour emballer cette histoire ?

La réalité dépasse parfois la fiction. Et c’est peut-être le cas avec les événements de Fukushima. Pour le dire autrement, je n’ai pas eu besoin d’inventer outre-mesure pour créer du rythme, amener de l’action, instaurer du suspens. Les faits en eux-mêmes, leur enchaînement, sont déjà emprunts d’une très grande dramaturgie. En revanche, le flou (pour ne pas dire l’opacité) de certaines informations données par TEPCO m’ont parfois forcé à poser des hypothèses et à faire des choix dans la mise en situation des personnages.

En vérité, il y a beaucoup à redire sur la communication officielle concernant les différents incidents qui se sont succédé dans la centrale, sur les dommages réels qui ont pu être causés sur les bâtiments, les outils de production, les employés…

Et puisqu’ il y a beaucoup à redire, je ne me suis pas privé.

 

Dates clés de l’industrie nucléaire :

1945 - Explosion des bombes atomiques à Hiroshima et Nagasaki. Fin de la Seconde Guerre mondiale, début de la guerre froide.
• 1953 - Lancement du programme Atoms for Peace par le président des États-Unis Eisenhower pour une utilisation pacifiste de la technologie nucléaire.
• 1957 - Explosion d’un réservoir de déchets nucléaires liquides au complexe nucléaire Maïak (URSS). Incendie nucléaire à Windscale dont le nuage radioactif parcourt l’Angleterre et touche le continent sans que la population en soit avertie.
• 1961 - Début de la construction de la première centrale nucléaire du Japon à Tokaimura.
• 1962 - Début de la construction de la première centrale nucléaire de France à Brennilis.
• 1967 - Début de la construction de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi.
1973 - Premier choc pétrolier.
1978 - Accident nucléaire de Three Mile Island (États-Unis).
1980 - Accident nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux (France) : fusion au coeur du réacteur et rejet de plutonium dans la Loire.
• 1986 - Accident nucléaire de Tchernobyl (URSS).
1995- Accident au réacteur à neutrons rapides de Monju (Japon) durant lequel une fuite de sodium provoque un important incendie. 
• 1999 - Accident de criticité à l’usine de Tokaimura (Japon) provoquant l’irradiation de 119 personnes.
2007 - Incendie et fuites d’eau radioactive à la centrale nucléaire de Kashiwazaki-Kariwa (Japon) suite à un tremblement de terre de magnitude 6,8.
• 2011 - Tremblement de terre de magnitude 9,1 suivi d’un tsunami. Accident nucléaire à la centrale de Fukushima Daiichi. Démission du Premier ministre Naoto Kan.
• 2012 - Élection du chef de la nouvelle majorité parlementaire, Shinzo Abe, au poste de Premier ministre du Japon.
2013 - Décès de Masao Yoshida, directeur de la centrale de Fukushima Daiichi en 2011.
2013 - Depuis septembre, arrêt de tous les réacteurs nucléaires du Japon jusqu’en août 2015.
2014 - Transfert du combustible de la piscine du réacteur n°4 de Fukushima Daiichi.
2015 - Remise en route de la centrale nucléaire de Sendai (Japon).
2018 - Première reconnaissance des autorités japonaises d’un lien entre l’exposition aux radiations et le décès d’un ouvrier de Fukushima Daiichi. 
• 2019 - Début du transfert du combustible de la piscine n° 3 de Fukushima Daiichi.
• 2020 - Report des jeux Olympiques de Tokyo à 2021. Arrêt des réacteurs de la centrale nucléaire de Fessenheim (France).

Livres liés

Fukushima
9782344034378
Chronique d'un accident sans fin
03.03.2021